Satin

Publié le 1 Mars 2013

 

*

 Sabrina Nait by Manolo Campion

Sabrina Nait

Vanessa Paradis - Elisa

Vanessa Paradis - Elisa 

Image

VANESSA PARADIS EN CONCERT 1994

Vanessa Paradis dans 33150e image de Noce blanche - Image de Noce blanche.

vanessa_paradis_smoke_hippy_1

Vanessa Paradis,Natural High Tour '93 + Publicity Photograph,France,Promo,Deleted,TOUR PASS / LAMINATE,411456

Vanessa Paradis - ElisaVANESSA PARADIS 1990

Ah Vanessa ...

 

Depuis deux jours ,Toulouse est redevenue très froide ,très venteuse ,très grise .Alors depuis j'écoute à nouveau Sous le soleil exactement ,en boucle ,et espère ainsi faire venir le printemps .Sous le soleil exactement !Pas à côté ,pas n'importe où .Sous le soleil ,sous le soleil ,exactement ...juste en dessous .Plus quelques jolies photos de Lauren Ross ,prises à Santorin .

 

Instant grippe A ,instant cinéma

 

Aujourd'hui ,une "spéciale" films un peu flippouillant-bizarres avec des bugs de la génétiques et des gens pas gentils .

Blade Runner

 

Je ne l'avais pas encore vu .Et non ...fou n'est-ce pas ?LE gros classique SF de Ridley Scott .LE film avec les réplipliquanquants !Alors alors ...Bon ,tout d'abord ,l'image ,la photo est vraiment magnifique .Très très très belle .T'as l'impression qu'une sorte de lumière magique provenant d'un néon mystique s'échappe de ton écran pendant 1h52min .Donc oui l'image est vraiment ...magnifique oui .Par contre ,il faut bien avouer qu'environ 70% du film m'a échappé .Arrivée à la fin ,j'ai eu la désagréable impression de rester sur ma faim .De me dire "What's the point ?" .Ou en français "Et alors ? ..." .Parce que oui ,j'ai bien compris que le gentil Rick Deckard (Harrison Ford) devait partir à la chasse de six Répliquants -s'étant échappés d'un camp dans lesquels on les parque parce qu'on en veut plus depuis qu'ils se sont révoltés contre leur condition d'esclaves- ayant détourné un vaisseau et massacré son équipage pour regagner la Terre et infiltrer la Tyrell Corporation ,"l'entreprise" qui les fabrique .Et j'ai bien compris qui était un répliquant et qui n'en était pas mais voilà il y a quand même de nombreux points qui m'ont gêné : le film se passe dans un Los Angeles de 2019 peuplé principalement par des asiatiques sur fond de musique arabisante ;déjà ,rien que ça ,j'aurais bien aimé qu'on me l'explique .Parce que ça désoriente un brin .Y a-t-il une raison à ce choix de gros mix culturel ou non ?Est-ce pour montrer que dans le futur ,la Terre sera tellement liée à d'autres planètes (car dans le film ,les humains commencent à coloniser d'autres planètes appelées "l'Extérieur") que la culture sera universelle ,sans identité propre à chaque population ?Que dire d'autre ?Ah si !La question qui me perturbe le plus : pourquoi Roy Batty s'enfonce-t-il un clou rouillé dans la main lors de la scène de "cache-cache" finale avec Rick Deckard ?Pour-quoi ?Sinon ,le film se déroule donc sur cette ambiance de perpétuelle pluie dans une grande ville éclairée et pourtant particulièrement sombre (ce qui m'a rappelé un mix entre Taxi Driver et Le cinquième élément ,même si ce dernier est sorti après Blade Runner ,je sais) . Les personnages sont tous plus ou moins wtf (notamment Pris (Daryl Hannah) ,la fille se maquillant à la bombe de peinture et se coiffant avec un balai brosse) et Roy Batty (Rutger Hauer) est particulièrement cool dans son rôle de méchant répliquant très très musclé .Mis à part le questionnement sur l'humanité ,le film se déroule uniquement autour de la traque des répliquants et de l'histoire d'amour entre Rick Deckard et Rachel (Sean Young) ,une répliquante à la coiffure hippocampesque .Donc voilà ,ça m'a laissé sur ma faim ,je n'ai pas été éblouie comme je pensais l'être après tout ce qu'on m'en avait dit .Mais ça reste un film très esthétique et un classique à voir .

 trailer de antiviral brandon cronenberg da tanta grima como su padre

Antiviral

 

Ca faisait plusieurs mois que j'attendais sa sortie avec impatience ,regardant la bande d'annonce plusieurs fois par jour pour tenter de calmer mes convulsions cronenbergiennes .Bon j'exagère un peu MAIS j'avais tout de même vraiment hâte de voir le premier film de Brandon Cronenberg ,le fils de David .La bande d'annonce et le thème du film m'avaient beaucoup intrigué et ,pressentant une digne descendance du réalisateur de Scanners ,Crash ou La Mouche ;je trépignais d'impatience pour découvrir sur grand écran ...Antiviral .Déjà ,rien que le titre est délicieux .Je sentais bien que tout ça allait nous parler génétique ,maladies ,infections ,corps humain ,dérives de la science et autres trucs cools dans le genre : et bien ,je n'ai pas été déçue ,c'est bel et bien le cas !Tout comme son père (promis ,après j'arrête les comparaisons père/fils qui peuvent vite devenir indigestes) ,Brandon Croneberg semble fasciné par "l'homme machine" ,la fusion entre corps humain et technologie ,entre cellules musculaires et science ,entre peau et acier .Que nous conte donc ce film ?Syd March (Caleb Landry Jones ,époustouflant) travaille à Lucas Clinic ,un des établissements nés dans une société où la célébrité est idôlatrée au point où les fans peuvent se faire injecter les maladies de leur(s) star(s) préférée(s) contre d'onéreuses sommes (les stars fournissant directement leur sang infecté -contre rémunération- à des "agents" envoyés par les cliniques ,venant piquer les célébrités dans leurs lits de convalescence) .Syd est un des ces "injecteurs" entre les mains de qui passent seringues et fioles remplies de liquides contaminés .Afin d'arrondir ses fins de mois ,il fait passer illégalement des échantillons virales ou microbiens hors de la clinique .Seulement ,à chaque sortie de la clinique ,tout employé est soigneusement fouillé afin d'éviter tout vol : alors ,comment fait donc Syd pour faire sortir ces échantillons ?Il se les injecte .Passant des nuits toutes plus éprouvantes les unes que les autres -en proie aux effets des diverses maladies injectées- Syd récupère au petit matin les maladies qu'il s'est lui-même inoculé ,faisant passer les échantillons par une machine très compliquée nommée Readyface .Cette machine permet de donner le visage des échantillons : car dans Antiviral ,chaque maladie a un visage que l'on peut modifier afin de faire varier certaines propriétés de la maladie ,dont le facteur contagieux .C'est ainsi que ces cliniques modifient les virus qu'elles reçoivent des stars en les rendant non-contagieux .Syd part ensuite revendre ces échantillons à Arvid (Joe Pingue) ,un "dealer" travaillant dans une populaire boucherie de steaks cellulaires : se sont des steaks élaborés à partir de cellules muculaires de célébrités .Miam miam .Ce marché noir va bien évidemment finir par partir en cacahuète ,d'autant plus que le corps de Syd supporte de moins en moins ces attaques virales à répétition .Jusqu'au "virus de trop" ,celui de la superstar Hannah Geist (Sarah Gadon) ,en partenariat exclusif avec Lucas Clinic ,et que Syd est allé lui-même récupérer au bras de la star .Mourant à petit feu ,Syd va tenter de survivre et de retrouver qui a crée ce virus ,à priori incurable .Il va être entraîné dans un trafic franchement sombre ,à base de "jardins cellulaires" ,de prises de sang à foison et autres prélèvements d'érythèmes .Si ni les scènes un peu gores ni la vue du sang ne vous rebutent ,courez-y ,c'est vraiment très bien .L'image est très froide ,très nette ,très esthétique .Chaque plan est saisissant ,Caleb Landry Jones est fascinant ,le système de cette société est totalement ahurissant mais tout aussi prenant .Un bon film bien angoissant et cradecommeilfaut autour des dérivés du culte de la célébrité et de la génétique .A voir .

  passion-trailer-1.jpg

Passion

 

Le film dure 1h30 et j'ai eu l'impression qu'il en durait une de plus .Et pourtant je ne me suis pas ennuyée .Curieux .Honnêtement ,je n'ai pas trouvé ce film terrible .Pas mauvais non plus ,mais pas super .Je n'ai pas Crime d'amour et ne peut donc vous parler de l'oeuvre originale ayant inspiré ce film de De Palma .J'ai tout de même été déçue car ,de la part de Brian De Palma ,je m'attendais à mieux .Je ne saurais dire quoi exactement -ce qui est bien embêtant- mais quelque chose m'a dérangé dans ce film ,quelque chose m'a semblé faux .Cependant ,je me suis laissée prendre à l'intrigue à rebondissements ,très "hitchcockienne" (il paraît qu'il faut arrêter de comparer le travail de De Palma à Hitchcock) : ce genre d'intrigue où vous croyez avoir enfin compris ,avoir enfin démêlé le vrai du faux dans un gloubi-goulba incompréhensible mais où vous vous faîtes avoir à chaque retournement de situation .Mais mis à part ça (et ça n'arrive que vers la dernière demi-heure il me semble) et bien ...pas grand chose .Noomi Rapace (jouant Isabelle) est plutôt bien ceci dit ,mais Rachel McAdams (jouant Christine) et Paul Anderson (jouant Dick) m'ont gavé (ceci dit Christine est un personnage sensé être exaspérant donc peut-être que Rachel McAdams excelle dans son rôle mais ...bref) .L'emprise de Christine sur son petit monde ,la manipulation qu'elle exerce sur Isabelle ,la domination/soumission entre elles deux est très bien traitée je trouve .L'influence destructrice qu'elle va avoir sur Isabelle est elle aussi particulièrement bien filmée mais pour le reste ,pour ce que sont les personnages en eux-mêmes ...bof .Ce qui fait que mis à part pendant les moments de tension (la fin du film) ,on a tendance à un peu s'ennuyer .En plus -mais ce n'est que strictement personnelle- la photo ne m'a pas du tout plu : l'image m'a rappelée celle d'une série des années 90 du type Friends .Donc ,à voir ou pas ?Si vous voulez vous faire votre propre opinion sur le dernier film du grand réalisateur qu'est De Palma ,pouquoi pas .Sinon ,personnellement ,je ne pense pas que se soit indispensable ...

Rédigé par Clémence

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article