VV

Publié le 28 Avril 2012

Image and video hosting by TinyPic

Alison in VOGUE.

VV

 

Le temps passe de plus en plus vite .Truc de dingue .28 avril .L'année de première est presque finie .On arrête les cours le 8 juin .Puis le bac de français .Puis l'oral .Puis tous ces trucs horribles .Pas envie de finir l'année .Pas envie de quitter les gens .Comme chaque année .Comme chaque putain d'année depuis la quatrième .Chaque fin d'année tu flippes alors que chaque année tu sais que l'année prochaine sera (presque) aussi cool et que ...Cercle viciiiieeeeeuuuuux quoi .En bref ,je n'ai pas vu cette année de première passer .Les vacances sont juste cool pour dormir dormir dormir ,lire autre chose que les livres qu'on te donne à lire en classe (la première L aiiight) ,voir plus souvent tes potes qui ne sont pas au lycée et veiller tard pour dessiner et mater des films .Après sinon j'aime pas .Ca fait loveuse compulsive mais les vacances sont devenues des semaines trop longues où tu es séparé de l'ambiance lycéepotesH24onsemarretoutletempspourtoutetrien .Et plus tu t'approches de la fin de l'année ,plus tu te dis "Noooon !Pas les vacances !" .Oui je sais ça fait psy-cho-pa-the .Vous vous dîtes "Mais cette fille n'a pas de vie ?Ou plutôt ,le lycée c'est sa vie" .Non mais le lycée c'est le seul endroit où t'es avec tous tes amis en même temps ,avec tes délires stupides et la fatigue de 17h qui fait rire tout le monde pour rien .Même les cours de piscine -pourtant proches de la torture moyenâgeuse modernisée AVEC huile de ricin- deviennent (presque) cool .Après ,il y a les rares moments où tu réunis TOUT LE MONDE hors de l'infernal "cercle lycée"mais c'est relativement rare parce que t'en as toujours un pas là/en weekend lourd à la montagne (nous sommes à Toulouse ,nous sommes proches de la mer ,de la campagne ,de la montagne ET de l'océan ,beaucoup de gens passent leurs weekend looooiiiin de la population) /qui doit bosser/qui va pratiquer son activité chelou du genre ...du genre "badminton" (argh !)/ou autre .Sinon j'ai goûté le pain au chorizo : c'est vachement bon .Bref .L'album de Captain Kid est mignon-sympathique-calme (genre c'est bien pour chiller en buvant du thé) .Alison Mosshart est toujours aussi powowow et après avoir vu ça je me suis dis pour la 4872ème fois que Daria Werbowy est décidément l'être féminin au physique ,au style ,aux cheveux ,aux yeux ,à l'attitude parfaitement parfaits (passionant) .Parce que Daria elle est même belle comme ça .Sinon suis allée voir I wish : nos voeux secrets et c'est très bien .Doux ,poétique .Même la musique est pas mal (sans les paroles ,parce qu'avec c'est plus hard tout de suite) .Un ami a acquis récemment une platine ...et des vinyles (vinyls ?) ! Bon en même temps si t'as l'un et pas l'autre tu l'as un peu dans l'os ...Depuis j'attend de me faire inviter telle la princesse qui veut écouter le (soit disant doux) son du vinyl .Encore quasi inconnu pour moi (don't throw tomatoes !) .Voilà voilà .Auriez-vous une explication au phénomène étrange du bus où il y a de la place partout mais la personne (qui a le cul de Nicki Minaj) vient s'asseoir à côté de toi : p o u r q u o i   ? Sinon je me suis faîte limite agresser par un mec dans le métro et c'est le moment typique où t'as envie de sortir ta pire répartie de gangsta et où tu ne fais rien parce que tu flippes tout simplement .Ca m'a foutu une telle mais ...une T E L L E  rage .Genre ...plus grosse que l'Empire State Building .La rage .La rage de laisser ces mecs continuer à emmerder le monde parce que personne n'ose (et moi la première) s'opposer à eux et leur balancer leurs quatres vérités .C'est dans ce moment là que t'as envie d'avoir une paire de Doc Martens et quelques cours de self-defense derrière toi ou des superpouvoirs du genre "pétrification" .Ce moment d'échec où tu commences Tendre est la nuit ,où tu persévères et où au bout de deux semaines tu n'as toujours pas accroché et où tu laisses lamentablement tomber le livre .Fitzgerald merde .Du coup Despentes .

 

*

Instant caipirinha ,instant cinéma

Twixt de Francis Ford Coppola

Twixt

 

"Twixt" .Rien que le titre sonne bien .Intriguant et magique ."Twixt" comme "Alohomora" .Pourtant il n'a pas récolté que des bonnes critiques .Pour un F.F.Coppola j'entend .Premièrement ,le film est conté par Tom Waits .Cette voix off grave et rocailleuse ,reconnaissable entre mille ,c'est celle qui chanta ça .Comment dire ?Plus qu'un bon point : la pure classe .Ensuite on retrouve Alden Ehrenreich (le très bon Bennie de Tetro) en gothico-romantico-punk -chef d'une sorte de communauté gentiment sombre -qui récite du Baudelaire en VO et vit entouré de jeunes femmes toutes aussi "dark&sex" .Et il se nomme Flamingo .Double classe .Puis la très belle et talentueuse Elle Fanning (soeur de Dakota ,celle qui interpréta Cherie Currie dans Runaways) étant déjà passée sous la caméra de Coppola fille dans Somewhere .Si on ajoute à cela une atmosphère en noir-blanc-rouge ,une image en couleur d'un grain étrange ,un peu comme un Coen années 90 ;on se frotte les mains d'avance .Même avant que le film ait commencé tu trépignes .Equation qui fait saliver et qui ...marche !Car oui ,c'est bien .Même très bien .Fantastique ,fou ,poétique ,incompréhensible parfois : c'est un de ces films où il faut accepter de se laissr porter et de ne pas TOUT comprendre .Et dans tout ce sombre ,tous ces noirs et blancs flottants et fantomatiques ,il y a même de l'humour (mention spéciale à la scène de l'appareil dentaire qui se fait la malle ou à celle du basketteur noir et gay des sixties) .L'histoire ?Je vous la raconte en gros parce que c'est ...comment dire ?"compliqué" .Hall Baltimore (Val Kilmer) est un écrivain de seconde zone .Une sorte de Stéphanie Meyers sans succès : il écrit sur la sorcellerie dans des romans qui se vendent peu .Un Guillaume Mussot du balais volant et de la baguette magique (mis à part que Guillaume Mussot se vend) .Un jour ,il part à Swann Valley pour une dédicasse de son dernier livre -Witches hunter- qui s'avèrera un échec total .Là-bas il rencontre Bobby LaGrange (Bruce Dern) ,le sherif du patelin .Patelin paumé et carrément flippant où il ne se passe tellement rien que ça en devient suspect .Le shérif lui propose alors de lire ses écrits sur une sombre histoire de meurtre de masse s'étant passé il y a quelques années à Swann Valley même .Hall refuse d'abord puis cède sous l'insistance de Bobby .Il finira par rester ,intrigué et persuadé d'enfin tenir une intrigue valable pour un prochain roman .Car sa femme l'harcèle et menace de vendre un de ses précieux biens (un des quatre exemplaires existants d'un sombre livre inidentifié) s'il ne ramène pas très rapidement du cash et du succès à la maison .Alors Hall s'active et finit par avoir d'étranges rêves mêlés de cauchemars qui font remonter de sombres souvenirs à la surface ,qu'ils soient personnels ou appartenant au village ...Ces rêves vont lui permettre d'écrire son roman ,de lui trouver une fin ,de rencontrer Edgar Allan Poe (Ben Chaplin) en personne ,de déterrer une tristesse (presque) enfouie ,de résoudre une affaire de meurtre vampiro-romantico-gaure et de se ballader dans les bois au côté de la magnifique sublime superbe V ,appareil dentaire et dents de vampire .V comme Vampirella et V comme Virginia .Je ne vous en dit pas plus .C'est fou ,barré ,compliqué mais tellement prenant à la fois .Tu flottes dans ce monde étrange où la barrière entre rêve ,passé et réalité est parfois très floue .Tetro m'avait déjà énormément plu .Et Twixt le suit .Coppola rules .

I wish : nos voeux secrets

 

Ca se passe sur l'île de Kyushu au Japon .Koichi (Koki Maeda) et Ryunosuke (Ohshirô Maeda) sont frères .Koichi a 12 ans et Ryu en a ...moins .Ils ont été séparés par le divorce de leurs parents : ils vivent chacun à une extrémité de l'île ,Koichi au Sud avec sa mère (Nene Ohtsuka) et ses grands-parents et Ryu au Nord avec son père (Jô Odagiri) et ses amis musiciens .Koichi grandit avec des grands-parents traditionnels et présents tout comme sa mère bien qu'elle galère un peu pour trouver un travail .Entre ses deux grands amis ,l'école ,les karukans de son grand père (Isao Hashizume) ,les repas du soir et son univers rêveur ;Koichi évolue dans un quotidien tranquille et rangé ,très opposé à celui de son jeune frère Ryu .Ce dernier vit avec son père guitariste de rock qui vit pas vraiment seul mais pas vraiment accompagné non plus : les potes ,membres de son groupes et autres amis passent et restent parfois pour la nuit .Ou vont jouer dans un bar .Ces soirs-là ,Ruy mange tout seul et fait sa vie .Indépendant et super souriant ,il pète la vie et se trimballe toujours avec sa bande de potes ,Megumi (Kyara Uchida) ,Rento (Rento Isobe) et les autres .Eloignés ,différents ,mais pourtant très proches ,les deux frères se téléphonent régulièrement et pensent beaucoup l'un à l'autre .Enfin ...surtout Koichi .Ils rêvent de revenir "comme avant" ,à la vie à quatre avec ses deux parents et surtout son frère .Son frère lui manque tellement qu'il est près à s'accrocher à n'importe quel espoir .Le TGV tout neuf va bientôt relier les deux extrémités de l'île ses deux potes lui expliquent que lorsque les deux TGV vont se croiser pour la première fois -chacun à 260 km/h- une énergie superpuissante va être produite .Tellement puissante qu'elle a le pouvoir de réaliser les voeux .Qu'elle peut faire naître le miracle ,le kiseki (奇跡) : le miracle d'être réunis tous les quatre à nouveau pense Koichi .Va alors commencer toute une aventure pour exaucer ce voeu et revoir son frère .On suit les quotidiens très différentes desdeux garçons ,leurs rêves ,leurs souhaits ,leurs voeux et leur imagination d'enfant ,débordante et folle .La fabrication des karukan ,les cendres du volcan entré en éruption qui tombent sans interruption sur la ville où vit Koichi et qui font étrangement (ou pas) écho à l'actualité japonaise .Koichi n'arrête pas de dire "J'y comprends rien" .Il ne comprend pas pourquoi les cendres tombent ,pouquoi le volcan ne fait pas tout péter ,pourquoi on a construit si près du volcan ,pourquoi son frère ne semble pas si enthousiaste que lui à l'idée d'être réunis ,pourquoi ...C'est lent certes (film asiatique indépendant oblige) ,contemplatif mais aussi doux et plein de poésie .C'est l'enfance ,assez universelle en fait (nein nein ,la langue japonaise non stop n'est pas irritante) .Les voeux auxquels on croit encore et l'envie tellement forte qu'elle finira forcément par concrétiser le souhait .Ne pas y aller si vous avez les paupières lourdes cependant .Mais à voir .

Everett

Rosemary's Baby

 

Stress progressif .Angoisse en crescendo .Le huis clos se fait de plus en plus étouffant et c'est là qu'est toute la force de Rosemary's Baby (si ce n'est l'atroce drame qui en fera le (triste) succès et son côté "culte") .A la façon d'un Hitchock ,l'héroïne traquée par des psychopathes à l'allure tout à fait respectable finit par se retourner pour se retrouver cernée .Plus d'issue ,plus de porte de sortie ,plus d'échappatoire .La panique totale .L'apogée de l'hyperventilation .Mais que s'esti l donc passé pour en arriver là ?Rosemary (Mia Farrow) est une jolie blonde plutôt maigre et plutôt simplette qui est mariée à Guy (John Cassavetes) ,un acteur qui galère un peu entre télé et théâtre .Le jeune couple s'installe dans un vaste appartement de New York .Très vite ,ils font la rencontre de leurs voisins ,vieux couple d'abord sympathique puis vite étrange et envahissant .Pourtant ,lorsque Rosemary rencontre la jeune femme qu'ils hébergent "par pure bonté" ,cette dernière n'en fait que l'éloge .Seulement ,patatrac : le lendemain de l'entrevue dans les sous-sols machines à laver de l'immeuble (instant culture : cet immeuble est celui où a vécu John Lennon et devant lequel il fût assassiné) ,cette jeune femme est retrouvée étalée comme une carpe sur le trottoir ,pleine de sang ;l'on suppose un suicide par défenestration .Le drame passé ,la vie continue et bien que choquée ,Rosemary ne peut retenir sa joie lorsque qu'un soir son mari revient tout enjoué ,lui annonçant qu'il se sent enfin près pour avoir l'enfant tant désiré par Rosemary .Il a même prévu le soir où il devrait le faire .Sans compter le "coup de chance" -si on peut dire ça comme ça- professionnel de Guy : l'acteur qui avait eu un gros rôle à sa place est subitement devenu aveugle dans la nuit .Du coup ,il récupère le rôle .Problème : Guy connaît ce mec .Embarrassé et gêné ,il accepte tout de même le rôle qui reste une super opportunité .Et ainsi Rosemary va tomber enceinte et la carrière de Guy décoller .Tout semble aller pour le mieux si ce n'est que le soir de "la fécondation" ,Rosemary se sent très faible et finit par perdre connaissance ...ce qui n'empêche pas son mari de lui faire un enfant .Classe .Mais elle passe au dessus ,trop heureuse d'être enfin enceinte .Petit à petit ,la grossesse va s'avérer très douloureuse et pleine de complications mais son nouveau médecin ne semble pas en faire grand cas .Viennent s'ajouter à cela les concoctions de Minnie Castevet (Ruth Gordon) ,leur voisine excentrique : à base de plantes et du fameux tamis ,plante à l'odeur très forte et à laquelle elle prête toutes les vertus .Tout va pour le mieux ...mais pas pour longtemps .Je ne vous en dis pas plus si vous voulez vous laisser surpendre .Flippant ,atmosphère d'abord ambigue puis étouffante : à voir (sauf si l'on est enceinte) .

 

*

K . Dakota Fanning et Kristen Stewart . Dakota Fanning en Bowie-Cherie Currie . The Runaways . Dakota Fanning ...Cherie Currie .

cherie currie, girl, girls , joan jett, lilo e stich, lita ford

(pourquoi un soudain blocage sur les Runaways ?)

Rédigé par Clémence

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article

dr.glamoor.kosmik 30/04/2012 20:13

Cn Ch Ch Cherry bomb !

Moonlight Drive 28/04/2012 22:05

Persévère pour Fitzgerald ;-) J'admets que je ne suis pas objective puisqu'il s'agit de mon auteur préféré au monde :-) Je suis en train de finir L'Envers du Paradis en anglais et j'ai juste adoré
:-) C'est vrai que c'est une littérature assez contemplative (il ne s'y passe pas grand chose) mais c'est superbement bien écrit et mélancolique comme j'aime ! Je suis totalement fascinée par
Fitzgerald, qu'il s'agisse de sa vie, de son oeuvre, ... Je suis une inconditionnelle quoi ;-)