V

Publié le 7 Mai 2012

*en boucle*

Mike Piscitelli - Glass girl

mike piscitelli photography

photos : Mike Piscitelli

 

The only place - Best Coast / Liliputt - Beth Jeans Houghton and The Hooves of destiny / The Line - Wave Machines / Wolves -Phosphorescent

 

Instant Dalida ,instant cinéma

Ce plan ne vous rappelle pas ceux ci ?

Babycall

 

Avec l'explosive Noomi Rapace (Millenium) ,Babycall angoisse et t'attrape .Ce n'est pas tout à fait un thriller bien que c'est ce que l'on pourrait croire au début .C'est un film tendu ,prenant ,où le stress monte peu à peu et où l'incompréhension augmente : que se passe-t-il ?Qui sont-ils ?Que font-ils ?En Suède ,Noomi Rapace est Anna ,mère pathologiquement inquiète et protectrice .Anders (Vetne Qvenild Werring) -son fils- a huit ans et elle l'étouffe de sa paranoïa ,de sa peur de l'extérieur .Elle tire les rideaux chez elle ,l'empêche de sortir de l'appartement ,va partout avec lui et le jour où elle se décide à l'amener à l'école sous la pression des services sociaux ,c'est un véritable déchirement .Mais en même temps ,elle est très aimante et a ses raisons : l'on comprend vite que la DASS protège Anna de son ex-mari ultra violent et ayant tenté de tuer Anders .Ce dernier ignore leur nouveau nom et leur adresse ainsi que où est l'école d'Anders .Seulement ,Anna a tendance à s'emporter et à régresser aux premières angoisses : il suffit que son fils lui dise avoir vu son père à l'école pour qu'elle panique totalement à nouveau .Flippée ,elle part acheter des babyphones pour pouvoir écouter son fils dormir dans sa chambre .Au magasin d'appareils électroniques ,elle rencontre Helge (Kristoffer Joner) ,un homme doux et gentil comme un agneau qui se sent lui-même seul et un peu en marge : il passe ses journées entre le travail et l'hôpital où il va voir sa mère sous assistance respiratoire .De fil en aiguille ,ils vont tisser un semblant de lien qui permettra à Anna d'un peu s'ouvrir sur l'extérieur .Seulement ,problème : un soir ,alors qu'elle a pourtant réglé les babyphones de façon à entendre la respiration d'Anders dans son sommeil ,elle entend des hurlements et des plaintes s'élever du babyphone posé sur son oreiller .Elle se précipite dans la chambre de son fils mais ...rien .Ce dernier dort paisiblement .Mais d'où viennent ces bruits ?Helge lui explique qu'elle a du capter un autre babyphone de l'immeuble et qu'il suffit qu'elle règle le canal .Effrayée par les véritables vociférations qu'elle entend et les messages de détresse qui s'en échappent (sur fond de voix d'enfant) ,elle va tenter de retrouver l'appartement de ce graaaand immeuble HLM d'où proviennent les sons .Jouant sur la vérité des faits ou les hallucinations d'une mère déviante entre la paranoïa ,la peur absolue et un traumatisme certain du à la violence de son ex-mari ,Babycall fait douter du début jusqu'à la fin : est-elle dans le vrai ou en plein délire ?Parfois un peu lent ,tordu (ce qui peut déstabiliser tant qu'à la compréhension du film) ,et certainement glauque ,Babycall vaut pourtant le visionnage rien que pour une Noomi Rapace frappante dans le rôle d'une mère en proie à l'angoisse permanente et insidieuse .

Margin Call

 

Wall Street ,2008 .Eric Dale (Stanley Tucci) est viré .Il vide son bureau dans l'heure ,son téléphone est coupé ,ses dossiers laissés en plan .Et ce n'est pas le seul ce jour-là .Avant de partir -escorté par un vigile- il laisse à Peter Sullivan (Zachary Quinto) ,un des jeunes traders anciennements sous son autorité au service des risques ,une clé USB comportant quelque chose d'étrange ,de dangereux ,quelque chose qui fait douter Eric mais qu'il n'a pas eu le temp d'étudier à  fond .Ses derniers mots à Peter son "Be careful" .Quelques heures après ,on fait un speech aux survivants ,ce qui n'ont pas été virés parce qu'ils sont plus rapides ,plus performants ,plus intelligents : Peter Sullivan -petit génie des chiffres ayant fait sa thése sur le phénomène de friction des fusées (en très gros)- est des leurs .Il s'attèle le soir-même à la clé USB et découvre ce qui va s'avérer être le plus gros pépin économique mondial depuis des années : l'entreprise -qui est une des plus grosses de Wall Street- a gravement sous-estimé ses risques et elle est en chute libre depuis quinze jours déjà .Si ça continue ainsi ,les pertes quotidiennes dépasseront la valeur de l'entreprise elle-même : des millions et des millions de dollars se font la malle depuis deux semaines et personne ne le soupçonne .Peter Sullivan prévient alors en urgence un autre trader -Seth (Penn Badgley) - et une sorte de supérieur ,Will (Paul Bettany) .La panique et l'information va vite se propager pour arrivée jusqu'aux oreilles du PDG qui arrive en hélicoptère ,en pleine nuit : tout cette nuit va être occupée à la découverte de ce problème et à la tentative de trouver une solution .Sam Rogers (Kevin Spacey) ,Sarah Robertson (Demi Moore) ,Jared Cohen (Simon Baker) -tous des postes importants de l'entreprise -vont devoir passer par dessus leur guéguerre et différents pour trouver avant sept heures du matin une "solution" au très très très très gros problème .Et cette "solution" va s'avérer être celle que nous connaissons tous : tout bazarder .Tout vendre le plus vite possible à des prix "bas" (pour Wall Street) .Vendre en sachant pertinemment que ce que l'on vend ne vaut rien .Sauver son entreprise et sa peau en sachant très bien que l'on perturbe ainsi totalement le marché et que l'on déclenche une crise mondiale ,entraînant toutes les autres entreprises dans notre sillage .La crise de 2008 .Est-ce que c'est bien ?Oui .Seulement ,c'est parfois un peu long et honnêtement j'étais à la limite de l'endormissement à certains moments .Autant la première partie (la découverte du problème) est très réussie et prenante ,autant la seconde (la résolution du problème : résolution qui n'en est pas vraiment une hein) a tendance à se perdre en longueurs et dialogues un peu trop "techniques" pour le commun des mortels .

 

*

 

kate moss by michel haddi, 1993Kate Moss pour Vogue Paris en 1993

petrole: kate moss by françois deconinck for marie claire japan august 1992Marie Claire Germany, August 1994Photographer : Juergen TellerModel : Kate Moss

Kate Moss

Rédigé par Clémence

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article

dr.glamoor.kosmik 10/05/2012 13:04

best coast
wave machines
il ne manque que of monsters and men ;)