VCR

Publié le 26 Janvier 2013

 

*

Audrey Marney by Tim Walker 2011Audrey Marney by Tim Walker 2011

Audrey Marney by Tim Walker 2011

Audrey Marnay par Tim Walker

Xiao Wen Ju by Tim Walker, W February 2012

asia-chow-liu-wen-w-magazine-march-2012-2

Xiao Wen Ju et Liu Wen par Tim Walker

 

Parce que dernièrement j'ai relu des textes que j'avais écrit il y a quelques années et que je les ai retrouvé avec plaisir -pour certains- et moins d'effroi que ce à quoi je m'attendais ,j'ai envie d'en republier certains ici .En gros ,reposter des textes écrits en 2009 ou après .Puis aussi parce que j'ai constaté avec soulagement -et un peu de "peur" aussi- qu'ils sont pour la plupart "meilleurs" que ce que je peux écrire aujourd'hui (dans des proportions modestes bien sur ,je ne prétend pas "écrire" des choses importantes d'une façon subtile et recherchée ,soyons d'accord) .Alors ,en voici un ...

 

12 décembre 2009 ,"Bette sur une aire d'autoroute" :

 

The XX : VCR .Nouveau phénomène musical éphémère ou pas mais fortement inspiré des Kills .Alternance d'une voix féline ,légèrement cassée et sombre et d'un timbre grave et rassurant sur des accords simples et répétitifs .Musique de fond nocturne et un brin agoissante .Berçante .Ritournelle comme celles dont s'inspiraient les punks mais tellement ,tellement plus douce .The Kills a désormais ses succéceurs : VV et Hotel se nomment maintenant "Oliver, Romy, Baria, Jamie" comme ils l'écrivent sur leur myspace .Pour ma part ,j'adore (plus que ça même) les mélodies de ce type .Ca m'évoque pleinement la nuit ,un état un peu comateux mais insouciant ,heureuse dans mon semi-sommeil .C'est la musique que j'écoute le soir dans mon lit ou la nuit quand je roule en voiture .C'est la musique que quand tu fermes les yeux tu vois des lumières blanches et jaunes ,agressives mais pâles qui défilent à toute vitesse sur une voie sombre et froide .Une autoroute la nuit ,des traces lumineuses comme une braise supersonique et tout cela berce ,rassure .On le regarde passivement ,yeux mi-clos ,traces d'un sweat plié en quatre sur la joue pour ne pas poser sa pomette contre le froid de la fenêtre .On recroqueville ses jambes dans son jean ,on voit ses chaussettes miteuses sur le siège un peu sale et ses chaussures perdues au sol ,sous le siège avant .On tend mollement la main vers un bouquin corné qu'on a emmené pour faire passer le voyage et puis nos paupières se ferment .On le repose et continue finalement à regarder ce paysage si sombre et répétitif mais pourtant si fascinant .J'adore les autoroutes la nuit .Je trouve ça si beau et inquiétant ,froid et réconfortant ,mélancolique et rassurant ,triste et étonnament positif .Ca m'évoque un car en route vers l'Angleterre ,rempli de quarante ados aux mines décomposées et aux sourires toujours là ,aux vêtement froissés ,aux joues rouges et aux yeux cernés ,aux haleines douteuses et aux jeans tâchés du chocolat des M&M's mais aux rires et confidences qui éclatent dans les glauquissimes chiottes qui puent .Des chiottes d'autoroutes en fait .C'est aussi une voiture qui file vers la montagne ou un train qui s'enfonce dans la nuit vers Paris ,ville pleine de promesses que j'aime tant et que je rejoins toujours avec une joie sans limites ,une excitation sans bornes .Ca peut être une rame de métro aussi remplie de visages usées et fatiguées ou une voiture qui quitte un théâtre ,l'histoire encore bien présente et imprégnée en toi ,où tu penses un instant comme Antigone ,M.Jourdain ou le Cid .Tu t'endors un peu .On s'endort toujours dans les trajets en voiture .Ca berce le roulement d'une voiture .Parfois j'aurais juste envie de devenir chanteuse ou musicienne pour faire des tournées dans une camionette ,un bus ou un camping car .Juste pour chanter en coeur avec une guitare sur la banquette arrière des chansons dont on a honte ou pour murmurer la nuit avant de s'endormie Gypsy death and you .Juste pour dormir les uns sur les autres dans une complicité touchante faîte de sweats ,t-shirts et pulls entassés .Juste pour boire du thé froid en me frottant les yeux devant une caissières au visage fermé à 6h du matin dans une aire d'autoroute ...

 

Et maintenant ,Iska Tihil ...

Iska Tihil par Claudia Moroni

 

 

J'ai découvert cette fille (je ne sais pas vraiment si c'est un mannequin ,une étudiante ou autre ,ou les deux) sur Youtube ,par hasard ,en voyant une de ses vidéos dans la barre de suggestion .C'est une vidéo de maquillage donc bon ...voilà quoi ,il y a plus passionant ,MAIS elle ,son personnage ,est vraiment ...intriguant .Très étrange mais apparaissant aussi comme "étrangement normal" .Est-ce clair ?Non .Tant pis .Tout ça pour dire qu'elle m'a tellement interpellé (oui ça paraît probablement stupide d'avoir été en arrêt devant une parfaite inconnue mais que voulez-vous ,ma sensibilité esthétique doit-être surdéveloppée ,cela semble évidemment évident) que je voulais en parler ici .Voilà voilà .En plus ,elle a de bons goûts musicaux .Si quelqu'un en connait plus sur elle ...De plus ,suis absolument flippée des tatouages et des piercings : je trouve ça très beau sur certaines personnes et je ne trouve pas ça "sale" ou "repoussant" mais ça me fait totalement peur vu la douleur que cela doit représenter (non ,n'essayez pas de me persuader du contraire ,je ne monte déjà pas dans un ascenseur donc oubliez l'idée de me convaincre de me faire injecter de l'encre sous la peau par de multiples aiguilles vicieuses : les vaccins me suffisent largement) .Et cette peur que j'ai pour ces percages et "encrages" augmente d'autant plus la fascination qu'ils exercent en eux-mêmes et pour les personnes qui choisissent de les "subir" .Donc autant dire que cette fille est carrément une deuxième E.T. à mes yeux .Mais en dix fois plus belle quand même .Et je n'aurais jamais cru qu'une fille portant à la fois huit piercings sur le visage (oreilles exclues ,on joue gros bras ou on joue pas ,on est pas là pour rigoler) puisse dégager autant de douceur .

 

Instant Mendoza ,instant cinéma !

Mariage à Mendoza

 

Deux frères ,une voiture et l'Argentine .Un road movie drôle et bordélique sur une musique d'Herman Dune (et la chanson Town called malice des Jam !) .Une certaine tristesse se cache sous cette apparente légèreté : beaucoup de rires mais parfois ceux du désespoir .Cependant ,Mariage à Mendoza reste un film optimiste qui donne la patate et décomplexe ceux qui croyaient avoir atteint les tréfonds de la torture de la grammaire espagnole : buena noticia ,vous n'êtes pas seuls !Et vous êtes même largement surpassés dans votre nullité (et je me met dans le lot des brêles en espagnol) par un certain Philippe Rebbot ,jouant ici Marcus ,un énergumène immense et déguingandé ,évoquant un mélange entre Pluto et Jarvis Cocker pas lavé .Mais surtout extrêmement attachant .Il y a aussi Antoine (Nicolas Duvauchelle et son bras tatoué) frère de Marcus ,Xavier le cousin (Benjamin Biolay qui fait une petite apparition vers la fin) ainsi que la délicieuse fouteusedemerde Gabriela (jouée par Paloma Contreras) et Gonzalo (Gustavo Kamenetzky) ,attachant geignard plein de bonnes intentions mais pas très doué .Par un concours de circonstances ,Marcus et Antoine vont se trouver embarqués sur les routes argentines avec ces deux compagnons de voyage très différents mais tout aussi chiants l'un que l'autre ,à leur façon .Après une arrivée mouvementée ,accueillis par la police de l'aéroport de Buenos Aires ,les deux frères vont voir leur route traversée d'un lupanarpascommelesautres ,de météorites magiques ,de nombreuses bouteilles de vins ,de chèvres ,de guapas chicas ,de cervezas et de beaucoup de cris ,de pleurs et de rires .Tout ça pour aller à un ...mariage à Mendoza !Le mariage de leur cousin Xavier avec sa dulcinée argentine (et même au mariage des emmerdes se profilent encore) .A voir ?Oh que oui !Et regardez la bande d'annonce pour avoir une idée de l'ambiance si spéciale de ce film .Porque teneis que see this movie very very bientôt !

Rédigé par Clémence

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article