Inrocks

Publié le 9 Novembre 2010

photo non tirée du concert

 

Mouahahah !C'était juste ...TROP BON !Peut-être encore mieux que l'année dernière .Que dire ,que dire ?Begin by the beggining ?OK .

 

Alors ,arrivée 19h30 avec Marion .Notre bonne heure d'avance est dûe au fait qu'on se dit "Beh une heure d'avance c'est le minimum quoi ,pour être bien placée dans une fosse non ?" .Et beh figures-toi que là ,on se pointe toutes ...estomaquées : personne .PER-SON-NE .Pas de queue .Rien de rien .Le vide intersidéral devant la porte ouverte .Bon beh on entre hein ,pas folles .Notre "fiole" de Black XS en poche (ça pue !!!!) ,un gars du Bikini nous offre un verre à chacune et un mini Mars (gné ?mais bon sympa quand même) .On va tenter de voir si les artistes se montrent derrière la baie vitrée .Niet .Si on avait su !Y avait au bar devant nous deux membres de Free Energy ,frais et dispos à la discut !Mais bon vu qu'on ne connaissait vraiment pour moi et un peu pour Marion que Carl Barât et les Drums (on est pas des fans absolues non plus ,en fait aux Inrocks ,tu viens beaucoup pour le fun et pour la découverte et aussi pour les artistes ,tant mieux si tu les connais ,enfin ce n'est que mon humble avis) on les a pas calculé =/ .Mais bon mais bon passons .On se les caille dix minutes dehors mais la congélation Picard guettant ,entrée dans la salle .Très peu de monde .Alors on s'asseoit devant la scène et on cause en attendant : la première fois de ma vie que j'ai été tout tout TOUT devant à un concert ,les mains sur la scène ,le ventre collée à la barrière ,les yeux vers le ciel ,en mode St Vierge du Rock quoi .Petit à petit ça se remplit mais quand le premier groupe débarque ,la salle affiche encore une "foule" assez même très aérée .Bizarre ...Et ce premier groupe ?Mais quel groupe !De la pure déchirure de malade de ouf !Putain putain putain ,c'était trop bien !Free Energy sont juste des coolos de la musique et des génies du live !Le chanteur (Paul Sprangers) est une bombe d'énergie qui saute partout ,se contorsionne ,bondit de deux mètres et est surtout HYPER cool (fait chanter le public ,donne son micro ,interpelle le public , ...) ,Scott et Evan Wells déclenche aussi l'électricité du show et Nick Shuminsky à sa batterie et Geoff Bucknam en hippie-chèche-be cool est tout aussi génial .Des mecs ...GENIAUX en direct de Philadelphie .Vraiment une TRES bonne découverte .Surtout en live !La set-list ?Aucune idée ,honte à moi ,je ne connaissais pas les titres donc je vous redirige vers leur myspace (après écoute intensive ,les plus connues : Dream City ,Free Energy et Bang Pop ont été jouées parmi d'autres) .Après un "Merci Tooooloooose" de rigueur ,Free Energy quitte la scène au regret (du public en tout cas ,même si ça bondissait pas partout) et laisse la place aux techniciens et roadies qui installent pour les suivants : Surfer Blood .Alors là ...Déception .Pas "grosse déception" parce que je ne les connaissais pas et ne demandais qu'à découvrir pas à m'éclater de malade mais bon tant qu'à faire ...Disons que malgré la musique "puissante" et les guitares à gogo ,que dire ?Hum ...Ca reste étrangement "mou" .Ils n'ont pas vraiment fait décoller les pieds du sol et pour l'avis de Marion et moi ,on s'est même fait un peu chier ,regardant passivement du premire rang .Le seul moment coolos est quand Free Energy est venu les rejoindre sur scène ,bondissant partout et me faisant définitivement dire que OUI ces mecs sont des surdoués du live ,des américains super sympas avec le public et même avec les autres groupes .Des mecs cool .Donc bon voilà ,Surfer Blood remplit sa petite demi-heure complétée d'une reprise des Kinks il me semble mais yé né soui pas soure .Ils partent et après tout ,tant mieux .Ils annoncent "The Drums" .Boulets .C'est Carl Barât qui arrive .Enfin "qui arrive" après l'installation dans les règles de tout son matos (lourd) et de toute la smala (élégante) : Edie Langley alias.Mme Barât au violoncelle pile en face de moi toute belle en total noir version ...pas gothique mais juste simple et chic (un peu trop pour un festival de rock ?Enfin bref on s'en fout après tout ,c'est pas ce qui compte) ,son frère (Ollie) à la guitare de l'autre côté de la scène en costume ,un autre guitariste (ou bassiste hein je sais pas ,je suis myope ,je peux pas compter les cordes) en costard aussi et un batteur beh ...caché derrière sa batterie alors j'en sais trop rien .Une fois tout le beau monde bien en place ,près et tout ,la main toute tremblante de toucher les cordes ou les baguettes -ça dépend de l'instrument tu vois ?- ,la lumière se tamise un peu et Carl Barât nous fait son entrée royal plus d'ex-Libertines que de Barât : soyons clair ,ce soir ,c'est un putain de Barât qui est sur scène et pas simplement Carlos Barât .Alors tout le monde crit (je pense qu'en fait les gens étaients surtout venus pour lui et éventuellement les Drums mais surtout pour lui) et ça commence avec Je regrette Je regrette .Début gentil mignon appliqué .En fait ,tout le reste sera appliqué mais tout de même énergique ,vivant et complice du public (tentative de français réussie et justifée parce que Barât qui parle anglais c'est juste ...pas compréhensible et je crois qu'il l'a enfin compris) : de la bonne quoi .Même si parfois on aurait bien aimé qu'il nous la fasse guitare-porte-cigarette ,mèche dans les yeux ,sueur sur le front et jeu sautillant mais bon ...Faisons nous à l'idée que Carl Barât a mûri et que désormais ,l'oeil bienveillant de sa douce à un mètre ,il ne peut plus exhiber ses muscles sous les cris des groupies en rut .Alors il se contente de relever poliment les manches du t-shirt et tape de la Doc Martens sur le sol mais c'est pas plus mal : Carl Barât m'a BEAUCOUP moins décu que Doherty .Comme quoi ...Alors voilà ,set-list (dans le désordre et sans trous de mémoire j'espère) : The Magus ,Death on the Stairs ,Deadwood ,Bang bang you're dead ,Up the Bracket ,Don't look back into the sun ,Carve my name ,The Fall ,So long my lover ,Run with the boys ,She's something ,What a waster (il me semble pas sûre) et ...en fait il me semble qu'il y en avait plus parce qu'il a joué pas mal de temps en enchaînant serré mais d'un autre côté je ne me souviens pas d'autre chose donc bon ...Enfin voilà ,celles-ci y étaient ,sûr .Et vous savez pas quoi ?!A la fin j'ai eu le courage de tendre (beh oui j'étais devant pas besoin de lancer) ma lettre à sa copine .J'espère qu'elle lui aura remise (pas de rencontre à la suite mais bon ...je suis toute même super contente de la lui avoir donné ,j'ai fais ce que je voulais ,c'est l'essentiel) .Bien sur le public était le plus enthousiaste sur les Lib's mais bon ça ...C'est normal quoi .Un mini pogo a commencé à se former au milieu de la fosse et je pense que c'est Carl Barât qui a fait décoller pour de bon l'ambiance .En tout cas c'était énorme !Voir Barât en live en vrai de vrai quoi !Aaaah ...Là ,Marion et moi quittons notre premier rang pour nous "aérer" .On croise quelques membres de Free Energy qui sont apparemment très "sociables" se mêlant au public sans problèmes .Une demi-heure plus tard (aucun groupe en retard ,très régulier) les Drums débarquent .Alors là ,attention .J'avais lu les résumés de leurs précédents concert à Lille ,Nantes et Paris dans le cadre des Inrocks et les gens étaient en général décus .Des remarques tournant autour du même sujet ,en gros "Trop de bruit pour rien" .Bon bon ...Marion et moi on reste sur la défensive version "Faîtes gaffe les Drums sinon on vous rate pas" .La lumière s'éteint .Noir .Quelques minutes comme ça .Sans qu'il se passe rien .On attend ,on attend ...Et puis une musique commence ,un truc enregistré .On attend .Les gens commencent à siffler .Puis là on voir venir des coulisses un faisceau de lumière blanche .Après l'entrée "héroïque" de Barât voilà l'entrée "je me prends pas pour de la merde" des Drums .Une sorte de fumée blanche sort des coulisses .Ca fait très "Dracula mords-moi !" .Puis on voit trois silhouettes s'installaients .Hum ...Les gens crient .La lumière reste éteinte ,la musique continue de tourner .Les mecs prennent leurs instruments et leur jeu se mélange à la musique : horrible .Puis là ,un mec débarque ,sautant .La musique s'éteint et ça commence .La lumière est maintenant bleu .Leurs silhouettes noires sur un fond bleu donc ,ils jouent en version "théâtral" .Le chanteur prend des poses toutes plus ...WTF le unes que les autres .Version Dalida tenant son micro au dessus de sa bouche ,la tête penchée en arrière ,il commence .Et là ça s'allume .Et beh vous savez quoi ?J'ai kiffé .Leur arrivée en mode "je m'aime" était justifiée en fait car ils ont selon moi assuré un super concert (le plus énergique ,le plus dansant ,le plus suant ,le plus applaudi ,le plus long) et n'ont pas fait "trop de bruit pour rien" .Et pourtant on était à côté des amplis .Le chanteur à la Ian Curtis sous ecsta et surtout en beaucoup moins dépressif te fait des yeux de fou ,monte sur la barrière ,danse comme un taré ,se démonte les bras et fait des bonds : Bambi sous acide est parmi nous !COOL !Je ne connaissais ,en inculte de base ,que Let's go surfing et Down by the Water (magistrale sur scène !) .Je ne serais citée la set-list ,n'étant pas assez fan mais ils ont beaucoup joué ,presque toutes leurs chansons je pense (étant donné qu'il y en a pas tant que ça) .Je sais qu'ils n'ont pas joué Saddest Summer ,maintes fois réclamées .Ils font deux rappels ,le public les réclamant à grands renforts de "AOFUQHRE !" ,"OAPAAH !" ,"OOoUUUuuhooH !" .Ils nous disent qu'on est le meilleur public qu'ils ont eu depuis le début du fest il y a cinq jours .Vrai ou pas ,on s'en fout ,ça fait plaisir .Et puis c'est ...la fin .Rassérénée comme après un bon concert ,je suis en même temps excitée de toute cette bouffée de WTF joy .C'était ENORME et je pense bien que tout le public était d'accord pour dire ça .Très très très très bonne soirée -malgré le public mou du genou mais bon ...ce n'était qu'un détail cette fois-ci .Ca restera dans ma tête ,qui était ,rappelons-le ,une récente traumatisée de Doherty .Comme quoi le Doherty se soigne par le Barât .Est-ce que ça marche dans le sens inverse ?

*

Moment intellectuel après les brutos du Bikini Dura Rock (humoooouuur)

 

 

Alors voilà ,je crois bien que c'est la toute première fois que l'on parle de lecture ici .Il y a peut-être déjà eu quelques titres de livres balancés par ci par là mais c'est bel et bien LE premier article sur ce sujet ,entièrement consacré .Pourquoi ?Tout simplement parce que j'avoue ne pas être une grande lectrice .Honte .J'aimerais tellement faire partie de ses gensqui dévorent et avalent les caractères imprimés à une vitesse folle et avec une voracité sans fin .Hélas ,ce n'est pas mon cas : un livre doit venir me chercher et surtout me retenir .Parce que ne faisant pas partie des gens qui lisent vite et d'une seule traite ,je peux rester plusieurs mois sur un livre .Il faut alors qu'il sache m'accompagner et qu'il me donne envie d'y revenir .Car si je n'y touche pas pendant deux-trois jours ,il y a de fortes chances que je n'y touche plus jamais .Autant quand j'étais gamine je passais mon temps à lire ,autant dès que les magazines et l'ordinateur sont arrivés dans ma vie aux alentours de mes onze ans ,tout a changé .Alors j'aime lire (je lis beaucoup de presse) et la littérature et l'écriture sont essentielles à mes yeux .Mais la pratique est souvent plus délicate ,surtout lorsque l'on est une feignasse invétérée qui attend que le livre vienne vers elle .Alors voilà ,je m'en vais vous parlez de mes romans préférés,ceux qui ont marqué ma vie "adolescente" (oui je vais éviter Kirikou ,Le prince de Motordu ,Les colombes du Roi-Soleil ou Peau d'Âne lu il y a ...pfiou ,plus de cinq ans en tout cas) .

 

-L'Obsédé de John Fowles (première photo) : alors ce livre a une histoire assez ...atypique .C'est en lisant un texte à haute voix en cours d'anglais dans le livre de cours l'année dernière que mon cerveau en perpétuelle ébullition à fail "TILT !" .Cet extrait lu en classe (en anglais donc) m'a interpellé .C'était pourtant très court .Dix lignes maximum .Mais le comportement de ce mec qui décrivait la vie d'une fille qu'il ,apparemment ,ne connaissait absolument pas m'a surpris .Je me suis dit "Mais c'est quoi ce truc ?C'est quoi cette histoire ?Où veut en venir l'auteur ?" .Ca me paraissait tellement mystérieux .Je ne comprenais pas le sens de ce livre .D'autant plus que le titre et la couverture (des papillons) ne m'éclairssissaient pas vraiment .Alors poussée par la curiosité ,j'en parle à ma mère qui me dit "Aaaah !Mais c'est ça !Je l'ai lu .On l'a !" .Et voilà qu'elle le sort de la bibliothèque ,pages jaunies et couverture cornée .Alors je le prends ,je le lis et révélation : ce livre est un putain d'addictif ultra puissant !Tu ne peux le poser .L'atmosphère glauque et étrange t'accroches tout de suite ,tu as toujours l'impression qu'il va se passer un truc même s'il se passe peu de choses au final .C'est un quotidien hors norme et très plat en même temps .Cette vie souterraine ,cette cave ,cette obsession maladive et ce mec totalement frappé .C'est sur un amour impossible car non réciproque ,la relation ravisseur-enlevée ,l'espoir de sortir , ...Ce qui est d'autant plus fascinant dans le comportement de cet homme c'est qu'il n'est en aucun cas le prédateur fou : loin de lui l'idée de la violer ou de la contraindre à ses désirs (exceptés certains comme celui de lui parler) ,il n'est qu'admiration pour son otage .Il la vénère mais ne peut la libérer en même temps .Une lutte entre la puissance et le fléchissement .Qui dirige ?Qui domine ?

 

-Vous descendez ? et Haute Fidélité de Nick Hornby (deuxième photo) : j'ai aussi lu 31 songs mais ces deux-là sont justes ...coolissimes .Alors oui ,ce n'est peut-être pas de la "grande littérature" ,ce ne sont pas non plus des romans qui vont envahir vos insomnies de questions existentielles ou changer votre vie mais c'est de la littérature pop et divertissante de haute qualité .Bien écrit ,très drôle et terriblement proche du lecteur ,c'est un bain d'Angleterre parfois trop proche de toi pour être vrai .Tu te dis "Mais c'est vraiment possible que ces mecs suicidaires me semblent si familiers ?" .Nick Hornby c'est l'auteur de la vie qui te renvoit à la figure tes amis et les membres de ta famille à travers ses personnages plein de travers mais aussi de tendresse ,des humains ,des vrais quoi .Par certains côtés il pourrait être qualifier d'un Mautpassant ou d'un Flaubert moderne (même si le style est bien évidemment beaucoup moins classique et recherché) par le réalisme de ses personnages : Nick Hornby est bel et bien un auteur réaliste ,qui ne magnifie pas ses protagonistes ,qui respecte la vérité ,qui peint la vie comme elle est sans fards et fausses impressions .Et parfois ,tu trouves des vérités qui dérangent malgré tout .Parce que tout n'est que vérité .

 

-Black Album d'Hanif Kureishi (troisième photo) : alors là que dire ?Pas grand chose .Pourquoi ce bouquin m'a marqué ?Je n'en sais trop rien .Cette ambiance très étrange peut-être .Ce truc qui fait cohabiter si près le sexe et l'islam .L'alcool et les voiles .Les fêtes et la traditon .Comment dépeindre ce livre ?Frondeur et provocant .Bizarre aussi .Du mal à croire à la vie de ce jeune homme .Et à cette Deedee ,apparaissant un peu comme "l'occidentale" qui a le diable au corps .C'est sur ce déchirement entre l'amour et la tradition ,les valeurs religieuses et l'attrait des raves et de l'ectasy .Que faire lorsque l'on côtoie ses potes pakistanais ultra musulmans ,sa prof révolutionnaire ,féministe et pro-liberté sexuelle et un dealer paumé ,skinhead étrangement sympathique ?Et bien on le raconte à travers son quotidien dans un Londres nocturne ,violent et électrique .Le racisme ,la sexualité ,la religion ,la drogue , ...Tout y passe .Au peigne plus ou moins fin .Lisez le et vous verrez .Ce n'est pas un livre qui peut se raconter là comme ça par écrit dans un billet de blog .

 

-Le Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde (quatrième photo) : ahlalalala ...C'est ...LE livre .Quand l'ais-je lu ?Il y a quatre ans je crois .Ou trois .Je ne sais plus .LA révélation .LE putain de bouquin de génie .Un classique aussi .Et un bijou de délicatesse anglaise .Oscar Wilde (rien que son nom est propice à l'évasion et à l'élégance) est irlandais mais possède -du moins du bout de sa plume -ce raffiné anglais que j'aime ...tant tant tant tant .Que dire ?C'est magistral ,subtil ,sublime ,fin ,incroyable ,original ,élégant et hâpant .Cette fable sur la vanité ,l'égocentrisme ,la beauté et ses effets et ses conséquences t'emportent dans ce jardin où "la riche senteur des roses emplissait l'atelier" et où "lorsque la brise d'été agitait les arbres du jardin ,les lourdes effluves du lilas,ou la fragrance la plus subtile de l'épine rose ,pénétraient par la porte ouverte" .N'est-ce pas beau ?De plus ,ce livre a une histoire pour moi .Je l'ai lu parce que Doherty en parlait souvent ,le citait en référence .Alors en groupie de base ,je l'ai lu .Comme le fait que je lis actuellement Crime et châtiment grâce à Adam Green .Alors voilà ,lisez AB-SO-LU-MENT ce bijou qui pourrait être comparé au cristal le plus clair ,le mieux taillé ,le plus pur ,teinté de quelques tâches du noir le plus sombre .Tâches qui s'étendraient petit à petit ...They're just narcissists/Well wouldn't it be nice to be Dorian Gray ?/Just for a day ...

-Trainspotting d'Irvine Welsh : pourquoi ?Parce que Lust for life d'Iggy Pop m'avait trop traumatisé pour passer à côté .Un film dont la bande son est canonissime ne peut être que l'adaptation d'un livre génial ,non ?Alors voilà ,direction Ombres Blanches et achat du parallélépipède orange fluo où Sick Boy me tire dessus et où Spud est déjà attachant malgré sa gueule de taré aggravé qui te fait signe de venir le voir alors que quand tu le vois tu veux juste crier "Noooon espèce de troué de la tête !" .Qu'est-ce qui fait que Trainspotting se retrouve dans ce "classement" ?Tout simplement parce que c'est un livre que tu n'oublies pas .Un livre adolescent .Un truc vulgaire ,gouailleux et violent .Plein de dope ,de crasse ,d'insultes ,de jurons ,de "fuck" ,de "bastard" et de surnoms tous plus énormes les uns que les autres (Mère Supérieure ,Spud (=patate) ,Renton (en gros "gigolo") ,Sick Boy (gné ?) , ...) .Génération écossaise paumée et révoltée contre ces "putain d'anglais" qui les ont colonisés ,contre la routine galérienne du travailleur moyen .Selon eux ,l'héroïne c'est tout .Le commencement ,leur vie ,leur but .C'est un bouquin qui se gagne aussi : c'est dur au début .En fait ,il y a un rythme à acquérir .Quatre insultes à la ligne mine de rien ça te complique la lecture .C'est galère d'arriver à suivre une histoire où t'es interrompu(e) toutes les deux secondes par un "putain" ,"merde" ,"bâtard" ,"salaud" ,"connard" ,"pute" ,"enculé" et j'en passe .Mais une fois que t'as bien râmer les vingt premières pages ,t'y ais .Et tu t'attaches aux personnages .Même à Begbie le psychopathe ,Sick Boy le "loser lover" hyper sûr de son pseudo potentiel charme de junkie cinéphile et obsédé par le cul ,Renton (le héros) et son côté machiavélique qui le rend délicieusement détestable ,du grand art de "connarditude" ,Spud l'adorable junk con comme ses pieds et doux comme Bambi , ...Chaque personnage -aussi pourri soit-il- te rend accro à l'histoire ,à leur décadence et à leur côté tellement pathétique .Plus cons ,paumés ,de mauvaise foi ,cyniques ,foireux que ces mecs ,si ça existe ,faut s'inquiéter .Et quand tu fermes le livre ,tu ne penses qu'à un truc : recommencer .Il existe une "suite" : Porno ,que je n'ai pas lu .

Rédigé par Clémence

Publié dans #Concert

Commenter cet article

Dr Glamoor Kosmik 11/11/2010 21:59


AR = Aller Retour


Dr Glamoor Kosmik 11/11/2010 21:52


Nous sommes venus au bikini pour, Doherty en Octobre, et Barat ce mois ci. On se tape 400 bornes (AR). donc il faut que la prog soit exceptionnelle.
Peut être viendrons nous voir les klaxons en janvier.


Clémence 11/11/2010 21:54



OK ."AR" ?



Dr Glamoor Kosmik 11/11/2010 21:50


Oui la bio est bien.
J'ai lu qu'une traduction sortirait en début d'année apparemment.


Clémence 11/11/2010 21:52



J'espère =)



Dr Glamoor Kosmik 11/11/2010 20:44


Si tu aimes nick Hornby, il faut lire "juliet naked" son dernier livre.
Je n'ai pas encore lu "porno" bien que acheté depuis un an.
en ce moment je lis (en même temps) the 3penny memoir, just kids de patti smith et déséquilibres synthétiques de Lydia Lunch


Clémence 11/11/2010 21:45



La bio de Carl est bien ? (pas assez douée en anglais pour la lire)



Dr Glamoor Kosmik 11/11/2010 20:39


D'accord avec ta conclusion. Nous en parlions cet après-midi même avec mon amie: le Doherty se soigne bien par le Barât que nous avons trouvé bien plus simple et naturel que son alter ego.

Etonnés aussi de ne voir quasiment personne à 19h30 devant les portes. nous étions là depuis 16h, ce qui nous a permis de discuter avec "Carlos", puis revenus à 19h devant les portes de la
salle.
Hé oui, quand on aime on ne compte pas.

En revanche, j'ai pas trop apprécié les Free energy (nous avions discuté avec eux dans la salle du bar), leur son me rappelant trop les groupes west coast us de la fin des 60'es et début 70'es.
J'ai trouvé la presta des surfer blood plutôt sympa (look du chanteur et attitude "grippe" du guitariste).Mon amie n'a pas été emballée.
Je passe sur Barat, j'ai écrit chez france albion. Nous aussi nous croyions que la cellowoman était la compagne de Carl ;)

Nous nous sommes barrés après le premier morceau des "drums".
1. Nous les avions déja vus aux eurcokéennes de Belfort l'été dernier
2. Après la musique de CB, difficile de se concentrer et apprécier des sonorités différentes.

Globalement nous avons passé une bonne soirée.

PS: la prochaine fois, on se concerte et on se retrouve tous un peu avant à l'entrée ;)


Clémence 11/11/2010 21:45



Si tu veux =) .En fait je te jalouse un peu hein (ouhais je te connais pas mais ça empêche pas ^^) parce que j'aimerais tellement rencontrer les artistes mais à chaque fois je peux pas et surtout
je ne sais pas comment faire ,ou aller .Puis ...je serai terrorisée .Tu comptes retourner au Bikini bientôt ? (la prog donne pas envie ...)