Fin décembre

Publié le 28 Décembre 2010

Cette photo a été prise il y a sept ans .Et rien n'a changé .

 

Oui je sais ,encore .Ouhais encore .Mais j'avais envie de mettre les choses au point avant 2011 (stupide) .Je me plais à croire que je ne suis pas une énième fan dans la foule .Alors que j'en suis une .Evidemment .Bien sur .Logique .Mais .Enfin voilà ,ça on s'en fout .Je voulais juste enfin dire ,expliquer ,exposer ,analyser ,pourquoi ,oui "pourquoi" j'aime Peter Doherty .Parce que curieusement je ne l'ai pas encore fait .Ici du moins .Parce que tout cela c'est bien beau mais bon ...Il faut réfléchir au "problème" parfois .Et quand je m'accroche à ce point à quelquechose ou quelqu'un ça m'intrigue (c'est fort rare chez moi) .Alors il faut que je trouve pourquoi .C'est difficile à expliquer .Difficile de savoir pourquoi et encore plus de trouver les mots une fois qu'on a mis le doigt dessus .Alors merci d'être indulgent parce que ça va être balbutiant .Fort balbutiant .

 

Donc donc donc ,j'étais en CM2 .Enfin ...Je n'étais plus en CM2 .C'était les vacances ,j'allais passé au collège en septembre .En sixième .On attendait encore la réponse de ce qui sera plutard le sujet de toutes mes angoisses et je n'étais pas encore fixée dans aucun établissement : c'était au petit bonheur la chance ,tout reposait sur mes notes ,mon "dossier" .Mais contrairement à mes parents ,la réponse dudit collège ne m'angoissait pas plus que ça : j'allais avoir onze ans ,on était en été ,c'était les vacances et tout roulait .En parlant de roulement ,c'est en quittant une colonie de vacances en voiture ,après deux semaines de soleil ,d'herbe et de vaches que pour la première fois ,la toute première fois j'ai entendu la voix de la personne qui plus tard deviendra une obsession .Une joie .Ma joie .C'était la campagne ,en Auvergne ,bien évidemment ça passait mal et la radio grésillait .C'état quasi inaudible mais au fond de la voiture ,grillée par le soleil ,mon cerveau a bien dû reconnaître quelque chose qui lui plaisait .Une mélodie .Juste un riff ,une ligne de guitare .Quelque chose qui a fait tilt .Je n'ai pas réussi à comprendre le titre de la chanson ni celui de l'interprète .Ca a pris deux semaines de recherches sur Internet avant que je retrouve la chanson et que je puisse la réecouter ,sans grésillements ni parasites .J'étais devant mon écran ,le clip en noir et blanc en face de moi ,les yeux et les oreilles grands ouverts .Et pour la première fois de ma vie ,oui la première toute première fois ,j'ai vu le visage de Peter Doherty et j'ai entendu sa voix ,clairement .Mais pour moi ce n'était pas encore "Peter Doherty" c'était juste les "Babyshambles" .Et ça m'a plu .Non je n'ai pas tout de suite eu le coup de coeur énorme ,la foudre ne m'est pas tombée dessus ,je n'ai pas été frappée de fanitude abolue ,brutale et incontrôlable .Au début ça m'a plu .Juste plu .Ca changeait de ce que j'écoutais (c'est à dire à peu près rien) ,c'était neuf ,joli .Ca m'ouvrait un nouveau monde ,un monde que je ne connaissais pas .Un monde de garçons en costume avec des guitares ,un monde étranger où on parlait anglais et où on ruisselait la bière et la transpiration .Je ne connaissais pas ça .Le rock c'était les trucs américains commerciaux dans ma tête .Ca sentait la voiture neuve ,le plastique intacte ,la peinture fraîche : c'était excitant comme un jouet avec lequel on n'a encore jamais joué .Mais ce léger enthousiasme s'est vite dissipé .J'ai vite découvert le "reste" : les autres titres des Babyshambles ,les Libertines ,les "rare demos" , ...Mais aussi les scandales ,Kate Moss et tralala .Mais bon ça on en parlera pas ou très peu .C'est folklorique ,on s'en fout .Alors c'est devenu une sorte d'engagement ,limite un truc de militant politique : j'avais pour mission de "faire la promo" des Babyshambles et des Libertines (qui n'étaient à ce moment là pour moi qu'uniquement "Doherty et les autres" ,point de Carlos Barât à l'horizon) .Mes potes de cinquième s'en souviennent encore .Can't stand me now et You Talk étaient mes cris de guerre .J'ai tout appris très vite ,tout lu ,avalé ,enregistré : bientôt l'histoire des Libertines n'avait rien de nouveau pour moi ,ni l'enfance de Peter Doherty ,leurs "citations" ,la signification de leurs textes ,la séparation des Libertines , ...Le pourquoi du comment .Je devenais ridiculement incollable .J'en gavais mes amis .Mathias doit encore en avoir de douloureuses plaies .C'était "Babyshambles Libertines Babyshambles Libertines Babyshambles Libertines ..." .A cette époque là j'ai même pu vivre en direct l'ascension de Doherty avec Shotter's Nation et sa rupture drama queen .Peter Doherty commençait à me suivre partout ,à la télé ,à la radio ,dans la rue ,dans les kiosques ,au collège et dans ma tête : c'était devenu un "membre de ma vie" ,il était partout .Le slogan "Pete and Kate" semblait apparaître à chaque coin de rue ,les slims envahissaient la cour de récré ,tout ça allait trop vite et puis BANG PAF Carl Barât .Deuxième découverte .Tout a continué à ce rythme pendant un petit moment .Bien que ça s'est ralenti petit à petit .Et j'en suis arrivée là .Fin 2010 ,toujours à écouter Doherty depuis 2007 .Sa musique a logiquement accompagné ma vie .Ceci dit ce n'est pas le seul (on notera aussi The Kills ,Serge Gainsbourg ,Bob Dylan ,Jacques Brel , ...et bien d'autres) .Mais il l'a accompagné différemment .Parce que sa musique est fixée à de multiples évènements .Où que j'aille ,il y a forcément une chanson de Peter Doherty .Tout comme mes étés montagnards sont envahis par Sedative et les cinq chansons de l'EP The Blinding en général ,ma première fois à Paris est sans hésiter marquée par l'album Shotters Nation et l'évident For Lovers ,le Royaume-Uni a chaque fois que j'y reviens j'ai les Libertines qui résonnent ,Down in Albion c'est les mercredi seule chez moi quand le soleil revient après les cours et tout le reste : les solitudes nocturnes ,les longs moments dans ma chambre ,l'automne pluvieux ,les après-midi d'hiver froides ,l'été étouffant ,les vacances et les soirs de fatigue de révisions ,le thé chaud et le lait froid ,les fleurs dans le salon et les photos ,mes amis dans un parc ,la nuit sur Londres ,...La musique de Doherty est sombre et hantée mais dans ma tête elle devient solaire .There she goes à la première écoute était belle et profonde .Maintenant elle m'évoque l'Ariège ensoleillée et un Paris en éclaireur .C'est ça qui fait que je ne lâche pas Doherty ,que je m'y accroche .Je ne crois pas que se soit de la groupie attitude (je n'en suis pas amoureuse ,je ne le trouve pas beau et j'aurais peur de le rencontrer ,je n'ai pas poussé de cris à son concert ,-'en aurais honte et d'ailleurs c'est juste inenvisageable dans ma tête- j'ai un respect effrayé pour ce mec ,j'en ai peur ,si je le voyais je me cacherai) ou une quelconque amourette adolescente .Doherty c'est un gros album de photos et le fil de ma vie .Je peux m'y retrouver ,ça me rassure et m'angoisse en même temps .C'est un repère .Au même titre que certaines maisons ,certains amis ou certaines villes .C'est comme si je le connaissais .Même si évidemment je n'ai pas cette prétention .C'est comme si je connaissais ...Pas comme si je "le" connaissais mais plutôt comme si je connaissais sa musique .En l'écoutant ,je m'y retrouve .Je sais où je suis .Qui je suis .Ca me ramène des odeurs et des images .Donc oui ,c'est cela ,Doherty est mon fil d'Ariane .Je le défile en l'écoutant .Quand je l'écoute je suis chez moi .Doherty est rassurant .Sa musique est rassurante ,ce qu'il est est rassurant ,son visage est rassurant ,sa voix et ses attitudes ,ses propos , ...Son tout est rassurant ,me rassure .Oui c'est ça : je sais où je suis .Ca pose quelque chose de connu .Pour quelqu'un qui est terrorisé (et le mot est pesé) par l'inconnu c'est incroyable ,inespéré .Ses accords de guitare me sont familiers .Je les reconnais à la première seconde .L'intro d'Albion est entrée en moi ,dans ma tête ,dans mes sens ,dans mon corps comme une partie de moi ,un organe .Cette chanson est gravée en moi .Je la chante ,la sussure ,la murmure ,la fredonne ,la crie ,la hurle ,la massacre ,la rit et la pleure .Aucune des personnes que je connais (vraiment) ne m'a jamais entendu la chanter .C'est comme ça .Clémence et Albion fonctionnent ensemble comme Clémence et le thé ,Clémence et les plaintes ,Clémence et les longs cheveux ,Clémence et la tchatche rapide et incontrôlée , ...Il y a des images de champs verts puis un peu jaunis avec des bottes de foin pleines de tics et de soleil ,des images de villes grouillantes ,polluées ,pluvieuses et prometteuses ,des images de fards de voiture la nuit ,de salles de concert et de fosses pleines et remuantes ,de visages suants et souriants ,de terrains désolés ,vides et tristes ,de poussière brûlante ,de rires dans la nuit ,une petit odeur de bière ,une petite odeur de Coca ,du gaz carbonique dans les narines et des chaussures sales aux pieds ,des t-shirts trop grands et des jupes trop courtes ,des gens ,plein de gens ,des rencontres et des odeurs de nourriture , ...Et il y a toujours cette voix ,cette voix ,là .Toujours .C'est peut-être cliché ,ça fait peut-être pitié ,c'est peut-être très banal et commun ,mais je m'en fous : c'est comme ça .Peter Doherty est un survivant et comme tous les survivants il fait espérer .Le survivant c'est celui qui s'accroche à la vie ,qui incarne la vie .Le survivant c'est l'espoir ,la lumière ,la vie dans la mort .Le survivant c'est celui qui te fait survivre .Tout bêtement .Il fait espérer .Et l'espoir fait vivre .Alors Doherty ,comme tous les survivants ,incarnent l'espoir et la vie .Et c'est ça qui est beau .Un junkie tourmenté et morbide qui incarne l'espoir et la vie .L'espoir et la vie .Un survivant .Putain ,c'est pour ça que Doherty est comme il est à mes yeux .Un survivant .Un survivant .Un survivant .And an english song ...

Peter Doherty ,Île de Wight ,Fuck Forever ,2006 : magique

*

Ajout 27/12/10 : Buried

Oui alors j'ai vu Buried hier et ...Disons que je voulais trop le voir .Vraiment .J'avais vu un reportage sur Tracks jeudi dernier et j'en avais entendu parler avant : tout le monde criait au génie .On n'était sensé ne pas s'ennuyer une seconde ,être en alerte ,tendu ,oppressé ,c'était présenté comme une prouesse de réalisation petit budget ,un nouveau concept totalement flippant et étonnant , ...Enfin bref : LE chef d'oeuvre "horreur" de l'année .Seulement ...Seulement .Premièrement ce n'est pas un film d'horreur .Enfin personnellement je n'appelerai pas ça un "film d'horreur" .Oui c'est angoissant et oppressant mais ce n'est pas un film qui fait peur au premier sens du terme : après l'avoir vu tu ne regardes pas autour de toi avec des yeux de possédé ,t'es pas stressé en mode "aux aguets" , ...T'as peur mais pour lui ,t'as pitié pour lui ,tu trembles pour lui mais ...je sais pas comment expliquer .Ouhais c'est ça ,c'est de "l'angoisse" mais pas de "la peur" ,t'as pas peur pour toi disons .Ce détail d'appelation passé ,c'est vrai que le côté "angoissant" est réussi : tu flippes vraiment pour ce mec et tu te sens oppressé comme si toi aussi tu étais bloqué dans un cercueil .Ca c'est vraiment le truc fort du film ,très bien réussi où on peut féliciter le réalisateur (Rodrigo Cortès) et l'acteur (Ryan Reynold) .Tu ne peux pas t'empêche de faire des commentaires durant le film du style "Mais putain quelle horreur !" ou "Mais laisse le serpent gros naze ,chope ton phone teubé !" (vous voyez le genre ?Hum ...Vulgaire ?Beh c'est moi tout craché xD) .Après le coup de "l'on ne s'ennuie pas une seconde" est un peu exagéré selon moi : faut reconnaître qu'il y a des moments où tu te fais un peu chier quand même .Bon en même temps ça s'excuse parce que 1h35min en plan pas fixe mais tout de même très limité toujours avec le même mec bloqué dans le même cercueil ,même situation ,même probable chance de rester là à croupir , ...ça n'offre pas un choix très étendu de "variations" et de folichonneries scénaristiques (ça se dit ça ?) .Donc cet aspect un peu répétitif et lassant parfois s'excuse : c'est "ce qui devait arriver" dans un film de ce genre .Donc en gros ce film est bien hein mais ce n'est pas le "chef d'oeuvre" ,le Graal que nous vantait les journaux et autres critiques .Ne vous attendez pas à flipper comme un dingue (ce n'est pas un film d'horreur à proprement parler ,again) ni à voir la révolution épouvante de l'année : c'est largement mieux que Paranormal Activity (qui était aussi annoncé comme le Graal ,Graal merdique au final) mais ce n'est pas non plus génial .Donc ...oui ,allez le voir .Avec un peu de chance ça vous en mettra plein les yeux et vous crierez d'émerveillement .Et n'écoutez pas les gens qui disent "Ouhais non mais oh faut pas se foutre de notre gueule ,ce film c'est une grosse pub pour BlackBerry !" et "Non mais la fin trop sentimental hoolywoodienne quoi ,abusé !" .Pour les premiers : pub pour BlackBerry ?WTF ?!OK il se trouve que le mec a un BlackBerry et qu'il s'en sert quasi non stop vu que c'est sa SEULE chance de s'en sortir et son SEUL moyen de communication vers l'extérieur donc c'est logique qu'on le voit beaucoup .C'est son seul et unique lien vers l'extérieur (avec l'autre taré de mec à la voix chelou) et le film est basé sur ces échanges de messages ,vidéos et appels .Donc c'est pas une pub pour BlackBerry c'est juste que si le mec l'avait pas et beh le film tiendrait pas debout .Y aurait plus de film .C'est ce qui entretient l'espoir donc le suspens donc l'angoisse donc l'oppression .Et à propos de la fin sentimentale beh perso ,j'ai pas trouvé ça sentimentale justement (et pourtant je suis plutôt allergique aux comédies romantiques ,aux histoires d'amour chantilly ,aux trucs gnangnan et aux "i love youuuuu" saignants) : le mec crève lentement dans un cercueil il croit enfin qu'il va s'en sortir et puis ...Et puis vous irez voir le film .Et donc c'est un peu logique que dans ce genre de situation il appelle sa femme pour lui faire ses adieux "au cas où" non ?OK les adieux sont "fleuris" mais en même temps c'est normal ,il va pas lui dire "Au revoir Linda ,je vais mourir ,salut bye" .Enfin je sais pas mais normal qui est des "je t'aime" ,c'est pas sentimental c'est juste ...Ca rentre bien dans le scénario et dans la logique d'un mec qui va probablement crever seul sous terre en Irak .

ATTENTION ,/!\SPOILER/!\

*traduction : ne pas lire si t'as pas vu le film et que tu veux le voir*

Par contre ,si vous avez compris la dernière phrase du film qui est un truc comme "Désolé ,il nous a amené à Marc White pas à toi" ,expliquez moi .Parce que l'histoire de Marc White là ,il était pas sensé avoir été sauvé et être vivant et être revenu aux Etats-Unis ?Ou c'était juste un truc que lui a dit le mec pour le faire espérer et qu'il lâche pas le bout ?Parce que j'ai pas tout pigé là ...Voilà ,merci de m'expliquer si vous avez compris .

Rédigé par Clémence

Publié dans #Cinéma

Commenter cet article